Le mot de la présidente

Véronique Momal

Le modèle du logement social est entré en zone de fortes turbulences. Les mesures gouvernementales touchant le modèle économique interviennent à un moment où de nombreux signaux nous interrogent sur la solidité de nos fondamentaux professionnels notamment en matière de service aux locataires et sur notre capacité à construire des projets positifs et entraînants pour nos équipes.

En effet, sur le terrain, nous sommes nombreux à constater une accentuation de la tension dans les relations avec les locataires, qui se traduit par une certaine mise à distance des locataires par les personnels au contact, et des attitudes de repli devant les évolutions de comportement. Cette distance qui s’installe, pourrait s’accentuer avec le déploiement de nouvelles formes de relations, liées aux nouvelles technologies de type centre de relation client, extranet locataire, applications mobiles... Dans de nombreux secteurs d’activité, elles offrent de réelles améliorations en termes de réactivité, de fluidité et de simplicité et s’appuient sur l’autonomie des usagers / clients. Toutefois, elles se traduisent aussi par des liens plus distendus avec un risque d’éloignement de l’usager (pour le développement de l’e-administration) ou du client (pour certains grands réseaux commerciaux) et au final une déshumanisation de la relation pour les populations plus vulnérables ou précaires.

Par ailleurs, nous éprouvons de réelles difficultés à régénérer nos modalités d’implication des habitants alors qu’émergent de nouvelles attentes et pratiques collaboratives.

En interne, les turbulences sont sources d’inquiétudes pour les équipes. Elles vont nécessiter de fortes remises en cause des référentiels et habitudes professionnelles. Nous sommes amenés à intervenir durablement dans un univers de ressources contraintes. Et il va falloir embarquer les équipes dans ce contexte plus tendu économiquement.

Pour aborder cette nouvelle ère, des opportunités s’offrent à nous. Les dispositifs numériques, les nouvelles formes de relations issues de la culture collaborative, les nouvelles formes d’engagement... constituent une toile de fond à partir de laquelle retisser des relations simples, fluides basées sur la confiance avec notre écosystème.

Frugalité, agilité, innovation et nouvelles relations à nos écosystèmes locaux constituent ainsi des voies à explorer pour nos projets d’entreprise.

C’est autour de ces questions que le conseil d’administration a bâti son programme 2018, dans la continuité des thématiques abordées les années précédentes (l’enjeu de l’innovation, la place du numérique...) avec le souci d’approfondir et d’explorer de nouvelles modalités pour bâtir nos projets d’entreprise dans un contexte où notre capacité d’adaptation sera de plus en plus au cœur de nos réussites.

Enregistrer